Happy Days

La suite de Bob/fortsättning från Bob

Lämna en kommentar

Tout aurait pu s’arrêter là si notre bon Capitaine Lars, éternellement en quête d’améliorations pour son embarcation, n’avait pas eu la riche idée de changer son annexe et son moteur, et de s’ouvrir de son projet à notre sauveur : Zorba le mécano !!
L’affaire est menée tambour battant, les négociations vont bon train et le marché conclu par une chaude poignée de main qui fait chaud au cœur, la parole des hommes d’honneur. Une heure plus tard arrive sur le quai contre lequel nous sommes à couple, une vieille bagnole poussiéreuse recouverte d’une grande annexe zodiac tout aussi poussiéreuse. Je crois revivre une scène du grand bleu et m’attends à voir sortir Jean Réno de la guimbarde, criant : « Roberto mio palma ». . Non, c’est bien Zorba le mécano qui s’avance vers nous, fier, le sourire carnassier, qui tend un bras vainqueur en direction de sa poubelle, et, d’un geste large désigne la belle et grande annexe. Puis, il nous présente le moteur Suziki flambant neuf qu’il démarre et éteint dans la seconde puisque le moteur est au sec. L’annexe par contre, nécessite un bon lavage à l’eau et au savon pour retrouver l’aspect d’une annexe digne d’être hissée sur le pont d’un bateau. La transaction est terminée, notre homme s’en va ne manquant pas de nous inonder de moult conseils et d’un paternel signe d’adieu.
Nous chargeons l’annexe à l’aide de la drisse de spi motorisée. Lars trouve son nouveau bébé un peu grand, c’est vrai qu’il n’est pas de première jeunesse et qu’il a eu le temps de grandir !!!. Nous appareillons et visons une crique quelques dizaines de miles plus loin pour tester sa belle acquisition.
Une fois au mouillage dans une jolie baie, l’essai du matériel peut commencer. Mise à l’eau de l’annexe à l’aide de la drisse de spi (l’engin est trop lourd pour être manipulé à bras). « Elle est peut-être un peu grande, non ? » s’inquiète Lars.
« Mais non tu verras, une fois à l’eau elle te paraitra normale.. »
Première surprise, la coquine semble s’être un peu dégonflée depuis le départ ce midi et en plus elle laisse entrer de l’eau. On ne sait par où ? Pas sympa la copine !!! . Prudent, je conseille à Lars de reporter aux calendes grecques, dans des eaux moins profondes, l’essai moteur. Mon côté Roberto un peu laxiste ne l’emportera pas face à l’obstination méthodique et rigoureuse du suédois. Alors, dans un 2eme temps, on installe le moteur 4 cylindres qui pèse une tonne ! Il nous faut un effort herculéen et la bienveillance des dieux grecs pour atteindre sans accident la chaise et fixer l’animal sur ce rafiot à moitié gonflé. Je vous entends d’ici chers marins lecteurs nous dire « mais vous n’aviez qu’à regonfler l’annexe ». Malins que vous êtes, OUI ! nous y avons pensé, mais comme Zorba le mécano nous avait fourgué un gonfleur venu d’ailleurs… l’embout ne s’adaptait pas. Voilà !!!
L’homme de l’Art, Lars lance le 4 cylindres toujours flambant neuf qui cale à plusieurs reprises. Le moteur refuse de tourner plus de 15 secondes d’affilée malgré les nombreux essais et l’extrême dextérité de Lars au maniement du starter. Ce moteur est peut-être trop neuf !. Le rodage s’effectue peut être par tranches de 15 secondes pour ne pas l’abimer !.Peut-être n’avons-nous pas bien compris les nombreuses recommandations de Zorba le M…. .
QUIZAS ,QUIZAS,QUIZAS…. .
Pendant ce temps, l’annexe peu soucieuse de nos interrogations continue tranquillement à se remplir d’eau. Je ne sais plus s’il faut en rire ou pleurer. Vu de la jupe du bateau, la bouée couronne à portée de main (au cas où…), le spectacle que m’offre mon Capitaine est déchirant (je n’ose pas dire désopilant). – Lars, la casquette kaki militaire vissée sur la tête, les bras ballants et les fesses quasiment dans l’eau du fait du boudin dégonflé, me lance avec le regard dépité d’un gamin à qui on vient de casser son jouet :
« Je crois que je me suis fait rouler Bob !!.
Heureusement, comme dans Asterix , tout se terminera bien et le lendemain après une bonne vérification, nous utiliserons annexe et moteur pour aller à terre fêter l’évènement autour d’une bonne table grecque. Non Lars, Zorba le mécano ne t’a pas roulé, enfin, pas trop ! .
La suite du voyage jusqu’à Athènes se déroula sans surprise, nous n’entendîmes point le chant des sirènes lors de notre arrêt à Ydra. Nous repartîmes, et tel Ulysse, Lars décidait d’affronter les éléments, s’exerçant seul aux prises de ris dans 30 nœuds d’un vent soufflant en rafales, comme il se doit en mer Egée, sous le vent des iles. Mieux valait être prévenu avant l’arrivée du Meltem en juillet.
Le Bateau, bien sûr est toujours meilleur que l’équipage, mais le nôtre bien que réduit, n’a pas manqué de talent dans tous les domaines…. .
Bon vent.
Bob F.

Kommentera

Fyll i dina uppgifter nedan eller klicka på en ikon för att logga in:

WordPress.com-logga

Du kommenterar med ditt WordPress.com-konto. Logga ut /  Ändra )

Google-foto

Du kommenterar med ditt Google-konto. Logga ut /  Ändra )

Twitter-bild

Du kommenterar med ditt Twitter-konto. Logga ut /  Ändra )

Facebook-foto

Du kommenterar med ditt Facebook-konto. Logga ut /  Ändra )

Ansluter till %s